Tout ce qu'il faut Savoir sur le Monoxyde de Carbone

Le Monoxyde de Carbone (CO) c’est quoi ?

Le Monoxyde de carbone, un gaz imperceptible

Un Gaz Incolore, Inodore, Indécelable provoquant de graves intoxications :

  • 6000 victimes hospitalisées par an suite à une intoxication au monoxyde de carbone.
  • Première cause de mortalité par intoxication en France.

Les intoxications au monoxyde de carbone générées principalement par des appareils à combustion préoccupent les pouvoirs publics.

Un projet de loi a d'ailleurs été déposé pour rendre obligatoire l'installation d'un détecteur de monoxyde de carbone au sein d'une habitation équipée d'un appareil à combustion.

 Découvrir le projet de loi...ICI

Intoxication au Monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est très toxique : il prend la place de l’oxygène dans le sang et provoque des intoxications plus ou moins graves selon sa concentration dans l’air et la durée d’exposition. Il peut laisser des séquelles et même être mortel.

Le danger est d’autant plus grand qu’il intervient lors de la mise en fonctionnement des appareils de la vie courante comme les chaudières ou chauffage à gaz.

Ce risque est même décuplé lorsque l’habitation n’est pas une construction récente.

Le monoxyde de carbone est un gaz incolore, inodore, sans saveur et non irritant. Sa densité étant proche de l’air, il s’y mélange très facilement :"il s’agit d’un gaz indécelable par les sens.

Le danger du monoxyde de carbone repose dans la teneur qu’il prend dans l’air que nous respirons.

Une enquête réalisée par le gouvernement met en lumière certains points :

  • Les enfants de moins de 14 ans sont les premières victimes de l’intoxication au monoxyde de carbone(environ 27% des hospitalisations)
  • La chaudière est l’appareil qui provoque le plus d'intoxication au monoxyde de carbone et cela essentiellement en raison d'anomalies d'évacuation des gaz brûlés.
  • Dans 56% des cas, le manque d'aération augmente le risque d'intoxication lié au monoxyde de carbone.
  • 70% des accidents sont signalés au nord de la Loire

Deux types d'Intoxications au monoxyde de carbone

Il existe 2 types d’intoxication avec des conséquences diverses :

  • L’intoxication aiguë est la plus critique. Elle nécessite l’intervention immédiate et en urgence des secours. Elle se manifeste par des vertiges, une perte de connaissance, une impotence musculaire, et peut entrainer un coma et le décès  C’est la forme la plus violente de l’intoxication.
  • L’intoxication chronique est particulièrement insidieuse car elle empoisonne à petit feu. Elle provoque des maux de tête, des nausées, une confusion mentale. Difficilement détectable, elle s’immisce dans notre vie quotidienne et elle peut entraîner, à la longue, des troubles cardiaques ou respiratoires. Ce type d’intoxication est depuis peu pointé du doigt par des spécialistes comme perturbant le  développement cérébral des enfants en affectant notamment le fonctionnement intellectuel.

Campagne d'information gouvernement : risques du monoxyde de carbone

Symptômes d'une Intoxication au Monoxyde de Carbone

Concentration de CO dans l'air

Symptômes

150 ppm

Légers maux de tête, fatigues, vertiges, nausées au bout de 2-3 heures.

400 ppm

Maux de tête frontaux dans 1 à 2 heures, danger de mort après 3 heures d'exposition.

800 ppm

Vertiges, nausées et convulsions dans les 45 min. Perte de connaissance dans les 2 heures. Mort sous 2-3 heures.

1000 ppm

Maux de tête, vertiges et nausées dans les 20 min. Mort en 1 heure.

Signes Cliniques

Les signes cliniques décelés :

  • Pour 80% des cas : des céphalées,
  • Pour 75% des cas : des vertiges
  • Pour 51% des cas : des nausées.

Une asthénie, un malaise, une impotence musculaire notamment des membres inférieurs sont également des symptômes récurrents de l’intoxication au monoxyde de carbone.

Lors d’une exposition plus importante des signes d’ordre neurologiques et sensoriels apparaissent : 16% des cas sont victimes d’excitation, d’agitation, d’ataxie, de confusion, et plus grave des cas constatés subissent une perte de conscience ou de coma (3 à 13 % des cas).

Les signes cliniques ne sont pas spécifiques : maux de tête, vertiges, malaises, nausées, dyspnée, troubles de la vision, de l’odorat ou du goût, troubles du sommeil, de la mémoire, de l’attention, douleurs thoraciques, abdominales, musculaires peuvent être rencontrés à des fréquences variables.

Ces symptômes sont peu spécifiques, si on ne pense pas au monoxyde de carbone, on peut facilement passer à côté du diagnostic.En cela, l’intoxication au monoxyde de carbone est particulièrement insidieuse car elle donne lieu à de nombreux diagnostics erronés de grippe, de gastro-entérites ou d’autres affections bénignes.

Ces faux diagnostics s’explique par le fait qu’une explication toute prête est très souvent disponible pour soigner des maux génériques comme le mal de tête ou encore la nausée.  Cette mauvaise interprétation des symptômes observés conduit à une sous-estimation des intoxications au monoxyde de carbone notamment chez des malades « vasculaires » connus.Ce sont donc, les circonstances d’apparition des symptômes qui doivent nous préoccuper, nous et notre entourage.

Des symptômes survenant majoritairement en un même lieu et souvent au même moment de la journée ou de la semaine peuvent suggérer une intoxication au monoxyde de carbone.Ainsi, des malaises survenant dans des pièces sensibles, équipées par exemple de chauffe-eau à gaz, ou plusieurs personnes de la famille se plaignant de maux de tête, vertiges et nausées, sont autant de signe qu’il ne faut pas prendre à la légère et l’on doit se demander s’il ne s’agit pas d’un cas d’intoxication au monoxyde de carbone. Dès que le doute s’installe, intervenez rapidement en contactant un centre anti-poison ou votre médecin pour un avis.

Parmi notre entourage, préoccupons-nous tout particulièrement :

  • Des femmes enceintes et du risque encouru pour le fœtus
  • Des enfants de moins de deux ans (comportement atypique tel que des cris),
  • Les personnes âgées (les signes sont non spécifiques car ils peuvent être attribués à tort à l’âge).
  • Pris dans leur unicité ces signes ne peuvent pas permettre d’affirmer l’intoxication.

Origine des accidents liés au monoxyde de carbone

Sources de Monoxyde de Carbone

Foyer de Cheminée, Appareils de cuisson, Chauffage portatifs, Cuisine, Buanderie, Arrière Cuisine, Cellier, Garage

  • Les appareils de chauffage à gaz, charbon ou pétrole sont défaillants au niveau de l'évacuation des produits de combustion
  • Les chauffe-eaux, les groupes électrogènes et tous les appareils à moteur thermique peuvent dégager du CO.
  • Une mauvaise installation, un mauvais réglage ou un mauvais entretien d’appareil peut entraîner une défaillance du sysème d'évacuation.
  • La vétusté des appareils et l'absence de ventilation dans une pièce favorisent les fuites de monoxyde de carbone
  • L’emploi en intérieur d’un appareil conçu pour le plein air peuvent provoquer l’émission de monoxyde de carbone.

Le rejet de monoxyde de carbone par un appareil de chauffage ou de cuisine de type chaudière gaz, chaudière fuel, poêle à bois, poêle a granulé, cheminée doit toujours être accompagné de moyen de prévention. La mauvaise combustion d’un appareil de chauffage entraine inévitablement le rejet de monoxyde de carbone dans une pièce ce qui est source d’intoxication.

Gaz particulièrement dangereux, puisque inodore, incolore et invisible, une attention toute particulière des pouvoirs publics devraient s’intensifier dans les années à venir sur les moyens de prévention, détection et plus globalement extinction des incendies domestiques au sein d’une habitation.

A noter, que les chaudières à gaz et les cuisinières gaz pouvant être source de fuite de gaz en cas de mauvaise utilisation ou mauvais entretien peuvent aussi entrainer en cas de problème de combustion un rejet de monoxyde de carbone. Il est donc recommandé dans le cas d’une chaudière à gaz de s’équiper d’un détecteur de monoxyde de carbone en premier lieu, puisque dans le cas d’une fuite de gaz, le gaz dégagé est détectable par l’odorat.

La sécurité et le bon entretien des appareils de combustion doit donc être impérativement respectée.

Intoxication au Monoxyde de Carbone : tout le monde est concerné

Nous passons environ 14 heures par jour à notre domicile. En moyenne 70 à 90% de notre temps se passe dans des espaces clos.

Se poser la question de la qualité de notre air intérieur est loin d’être anodine pour notre santé. Or aujourd’hui, le constat indique clairement que l’air de nos habitations est non seulement de plus en plus pollué, mais également qu’il peut être plus néfaste que l’air extérieur. Selon les teneurs et les gaz concernés, cette pollution peut même être mortel.

L’intoxication au monoxyde de carbone est la forme la plus répandue d’intoxication mortelle en France. Des  experts du domaine médical indiquent que l’évaluation du nombre total d’accidenté provoqué par le monoxyde de carbone est extrêmement difficile à quantifier car les symptômes d’empoisonnement sont  similaires à de nombreux malaises courants et ne sont pas déclarés comme des intoxications au monoxyde de  carbone. Ce gaz, le monoxyde de carbone est un gaz asphyxiant qui progressivement prend la place de l’oxygène dans le sang.

Déceler la présence de monoxyde de carbone

Le monoxyde de carbone est un gaz INVISIBLE (inodore, incolore, imperceptible).  Le seul moyen de déceler la présence de CO dans un logement est de s'équiper d'un détecteur de monoxyde de carbone. Seul, ce petit appareil vous alertera d'un présence anormale de monoxyde au sein de votre habitat.

Posséder un détecteur de monoxyde de carbone ne substitue en rien le fait d'aérer quotidiennement l'habitation et de faire vérifier les appareils à combustion par un professionnel

> Achat détecteur de monoxyde de carbone

Détecteur de monoxyde de carbone Recommandé

Les fabricants de matériel de protection incendie les plus actifs sur le marché ont développé des détecteurs avertisseur de CO.

Découvrir plus d'informations sur le détecteur de CO Kidde